• Membres:
    348'318
    En ligne:
    loading
 

News

 
RSS
 

Un match épique

25.01.2013 | Tennis, Starseite 2

Roger s'est montré héroïque en demi-finales de l'Open d'Australie mais a dû s'avouer battu par Andy Murray en cinq sets 4-6, 7-6(5), 3-6, 7-6(2), 2-6 après exactement 4 heures de jeu.

Excellent relanceur, le champion olympique britannique a profité d'un break pour enlever la première manche (4-6).


Le quadruple vainqueur de l'épreuve a recollé au score grâce à un jeu décisif plus consistant, remporté 7 points à 5.

Une nouvelle fois, Murray s'est appuyé sur un service de plomb et des retours tranchants pour repasser en tête (3-6).

Dans la quatrième manche, Roger a fait la course en tête (4-1) mais n'a pas pu conserver cet avantage (5-6). Murray a servi pour le match quand notre champion a réalisé plusieurs coups gagnants en retour de service pour égaliser. Embarqué dans un nouveau tie-break, le sixième du tournoi, Roger s'est encore montré intraitable dans cet exercice (7 points à 2).

Confronté pour la première fois de sa carrière à un deuxième match en cinq sets consécutif, après celui face à Jo-Wilfried Tsonga mercredi, Roger n'a pas tenu le rythme sur la fin de match (2-6).

"Pour moi, rien n'a changé, a-t-il commenté. Ces mecs (Murray, Djokovic, Nadal) je les ai affrontés soixante fois. Parfois j'ai gagné, parfois j'ai perdu et je continue à prendre beaucoup de plaisir à les rencontrer. J'ai joué un bon tennis, les jambes tournent bien, je me sens en forme. Je sors d'ici avec un bon sentiment pour la suite de la saison."

 
Saisir un commentaire
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent saisir des commentaires. Veuillez vous connecter ou créez un nouveau compte.
 
03.02.2013 | 09:30
dans cette alchimie qui lui est propre Roger a le projet de durer le plus longtemps possible, il semble s'être identifié à cette activité; être dans une équipe dit nationale ne lui correspond plus dans ses priorités; d'autant qu'il a une marge assez large en terme de niveau et quand il gagne un match et que ses collègues perdent le reste, je pense qu'il doit penser qu'il se "gaspille". C'est aux autres de faire le chemin qu'il a fait en terme d'ascension comme de réalisations.
03.02.2013 | 09:26
ce n'est pas une déception pour moi dans la mesure où Roger même si il a hérité d'origine à 50% suisse, dans son rapport au tennis il montre une attitude universelle: l'homme et ce sport: gestion, perfection, remise en question, transcendance de lui-même; un côté qui appartient à tous et e même temps qu'à lui-même ; de l'autre il a un projet vivre sa passion sa raquette et tout l'espace du jeu sont un prolongement de lui-même, c'est devenu un art;
03.02.2013 | 07:10
quelle déception!Roger n'apas participé à la coupe Davis alors quele tirage était satisfaisantet que la Suisse avait des chances certaines.Dommage.
01.02.2013 | 21:05
Louons Federer, chantons le nom de celui qui est encore capable de noyer les algorithmes serbes et écossais dans les tourbillons incontrôlables de la vie. Oui, la vie, faite fouet liquide, demi-volées insolentes et folies tactiques. Supporter Roger, c'est résister au culte de la performance, à l'avancée de la raison sur la passion. Supporter Roger, c'est dire oui au tennis. Supporter Roger, c'est faire acte de militantisme.
01.02.2013 | 21:03
Quand Djokovic éteint Federer, la machine fait un pied-de-nez au danseur étoile. Quant aux tant décriées stagnations de certains tricolores, elles ne sont que l'expression d'une forme de darwinisme tennistique qui interdit à ceux qui osent ou, mieux, à ceux qui jouent, l'accès au Panthéon - quand elle ne les réduit pas au rang de faire-valoir des susmentionnés monstres du circuit
01.02.2013 | 21:02
Les plus grands esthètes ne sont-ils pas justement ceux qui savent se nourrir des règles pour mieux s'en affranchir ? Federer est beau car il est cet heureux mélange, délicate dialectique de la rigueur et de l'inventivité, du labeur et du laisser-aller, du réglage et de l'improvisation, de l'obstination et de la dissipation.
01.02.2013 | 20:58
On objectera que l'Art possède lui aussi ses règles propres, ses outils construits dans et par la raison. Et on aura raison. Qui reprochera à Bach et à Mendelssohn d'avoir fait usage de la portée et de la gamme tonale, ou à Michel-Ange et Godin de s'être appuyés sur les lois de la perspective et de la proportionnalité ? Personne. Mais ces artifices ne doivent être compris que comme des jalons tout entier voués à favoriser la quête humaine et la catharsis des âmes. Les plus grands es
01.02.2013 | 20:58
c’est bien la dimension irrationnelle, poétique et finalement humaine de ce sport qui est mise à mal par ces fers de lance du rigorisme tactique, ces adeptes de l’athlétisme scientifiquement calibré. Aussi l’avènement de ces joueurs n’est-elle rien d’autre que le signe de l’emprise de la raison sportive sur la passion du Sport.
01.02.2013 | 20:43
love tennis a fait paraitre un article d'un fan de tennis titré:Manifeste pour un tennis humain.. il demande que l'on réagisse. Com on Roger!!! Tu es le tennis
31.01.2013 | 16:09
RE pour Rotterdam

A envoyer à Reneetje ou à Margo par MP
Ou par email : reneetje19@msn.com
Messages courts et de soutien :-)
Délai : 8 février 20h

Merci et tous à votre clavier