• Membres:
    347'673
    En ligne:
    loading
   
 
   

Statistiques

Position ATP
1
Victoires : défaites
74:6
Participations
19
Titres en simple
11
 

Titres en Grand Chelem

 

Histoire|2004

Une année fantastique pour Roger : il remporte les tournois du Grand Chelem à Melbourne, Londres et New York. Il est le premier joueur depuis Mats Wilander en 1988 à s’adjuger trois des quatre Majeurs la même année. Roger devient n°1 mondial, une position qu’il défendra jusqu’en 2008 pendant 237 semaines.


Le 1er février, il domine le Russe Marat Safin en trois sets en finale de l’open d’Australie. Grâce à son deuxième titre du Grand Chelem, il s’empare de la première place mondiale. Il la conservera les 237 semaines suivantes. Jamais un joueur n’était resté aussi longtemps au sommet de la hiérarchie.

Après l’open d’Australie, suivent trois titres à Dubaï, Indian Wells et Hambourg. Il doit hélas s’incliner au troisième tour à Roland-Garros face à Gustavo Kuerten. La saison sur herbe se déroule tout aussi bien que l’année précédente. Roger défend ses titres à Halle et Wimbledon. A Londres, il bat Andy Roddick malgré la perte du premier set. Il est invité pour la deuxième fois au dîner des champions. Il est l’indiscutable roi du gazon.

Après Wimbledon, il continue à planer. Il l’emporte pour la première fois sur le sol suisse à Gstaad et s’adjuge aussi le titre à Toronto. En septembre, il atteint un nouveau sommet à New York avec son troisième Majeur de l’année. En 14 mois, il est passé de minus à vainqueur de quatre titres majeurs ! En finale à Flushing Meadows, il corrige l’ancien n°1 mondial, l’Australien Lleyton Hewitt, en lui infligeant deux 6-0.

Avant l’US Open, le monde sportif a rendez-vous aux Jeux Olympiques d’Athènes. Roger mène la délégation suisse en tant que porte-drapeau. Cette fonction le remplit de fierté, comme quatre ans auparavant. Il est animé par l’esprit olympique. Sur le plan sportif, il ne connaît cependant pas le succès. Il est éliminé au deuxième tour.

Après avoir quasiment fait l’impasse sur toute la saison en salle en raison d’une déchirure musculaire, il remporte le Masters pour la deuxième fois. Son adversaire en finale est le même qu’à New York, Lleyton Hewitt. Une année incroyable prend fin pour Roger. Ses performances lui permettent de recevoir le Laureus Sports Award le printemps suivant et d’être couronné athlète mondial de l’année.